MERCI À NOS PATENAIRES

  • SBCQ

Multicouche et coquilles, comment s'y retrouver ?

Mis à jour : janv. 15

Ce n’est plus un secret pour personne, le multicouche est le choix par excellence en ce qui a trait aux vêtements d’hiver pour les sorties dans l’arrière-pays. Le choix peut être difficile à faire quand vient le temps de se choisir un nouvel ensemble d’hiver et les coûts qui y sont rattachés sont souvent importants. Voilà pourquoi il est essentiel de se démêler un peu dans la panoplie de vêtements qu’offre l’industrie. Cet article devrait vous aider à poser les bonnes questions quand vous serez au magasin afin de repartir avec les bonnes couches et les bons vêtements. Nous nous attarderons plus particulièrement à l'une des couches que vous porterez souvent, c'est-à-dire, la coquille.


Multicouche, oui mais pourquoi ?


[ ... ] nous voulons des couches de vêtements qui évacuent notre transpiration au fur et à mesure qu’elle sort de notre peau. Le but est d’arriver à destination le plus sec possible et le plus isolé possible.

Le principe du multicouche est simple. Il faut d’abord avoir un sous-vêtement en tissus technique qui colle à la peau, un isolant pour vous protéger du froid lorsque vous êtes arrêtés ainsi qu’une coquille technique. Le but de cet ensemble est d’avoir des vêtements qui expulseront la transpiration lorsque vous bougerez et qui vous garderont isolés lorsque vous serez arrêtés. Il va de soi que vous devrez éviter les tissus tel que le coton, qui absorbe l’humidité, plutôt que de l’évacuer. Vous perdrez les bienfaits du système multi-couches en portant un tel tissu entre l’une des couches techniques.

Maintenant, quand est-il de la coquille? Cette couche sert à se protéger des intempéries extérieures, mais aussi de ceux qui proviennent de l’intérieur. Faire un manteau imperméable est assez simple en 2019. Si nous ne transpirions pas, tous les manteaux seraient en caoutchouc d’une épaisseur variable, isolés ou non. Le problème c’est qu’un matériel qui est imperméable, l’est souvent dans les deux sens. Il protégera de la pluie, de la neige et du vent, mais gardera également la transpiration à l’intérieur du manteau. En mouvement, cela ne cause pas trop de problème mis à part de l’inconfort. Mais en hiver, une fois arrêté, la transpiration qui demeure sur notre peau peu rapidement devenir notre ennemi. Exposée au froid, cette transpiration refroidit la température corporelle et accélère le processus d’hypothermie. C’est pourquoi nous voulons des couches de vêtements qui évacuent notre transpiration au fur et à mesure qu’elle sort de notre peau. Le but est d’arriver à destination, le plus sec possible et le plus isolé possible.

Une fois que vous aurez choisi un sous-vêtement efficace, un isolant approprié, il ne vous restera qu’à sélectionner la coquille qui vous convient. Et c’est là que ça se complique.



Les choix de manteaux


Il existe des centaines de modèles de coquilles sur le marché. La raison étant que chaque compagnie possède plusieurs modèles, correspondant chacune à un ou des sports différents. Par exemple, chez une compagnie comme ''The North Face'', si l’on parle seulement de leur catégorie haut de gamme, vous aurez les manteaux ''Summit Series'' pour l’escalade, ''Steep Series'' pour les sports de glisse et ''Flight Series'' pour la course à pied. Les différents manteaux dans ces séries auront des propriétés techniques semblables, mais n’auront pas les mêmes coupes et les mêmes fonctionnalités techniques. Il est donc bon de choisir votre manteau selon le sport que vous désirez faire afin d’avoir des coupes de vêtements appropriées. Par exemple, les manches des manteaux de la ''Summit Series'' seront plus longues pour les grimpeurs qui ont souvent besoin d’étirer leurs bras afin d’accéder à des prises tandis que les manteaux de la ''Steep Series'' auront une coupe plus ample pour la liberté de mouvements et plus longue pour que la neige ne s’infiltre pas. Il existe plusieurs différences dans les fonctionnalités techniques, et nous vous invitons à poser des questions aux vendeurs pour que ceux-ci puissent vous vendre le manteau qui vous convient.




Les membranes


Une fois la coupe de votre manteau décidée, vous aurez le choix entre différentes membranes. La membrane est appliquée à l’intérieur du manteau afin de vous protéger contre les éléments comme l’eau et le vent. Pour la plupart, les membranes ont à peu près toutes les mêmes propriétés d’imperméabilité et de respirabilité. Il existe une échelle universelle afin de savoir l’imperméabilité et la respirabilité d’une membrane et d’un manteau. Ainsi, l’étiquette d’un manteau qui indique 15 000 mm sera plus imperméable qu’un manteau qui indique 10 000 mm. Dans le même sens, un manteau de 15 000 MVTR de respirabilité le sera plus qu’un de 10 000 MVTR. La règle est la suivante. Un vêtement qui a une valeur d’imperméabilité de 10 000 mm, résiste donc à une colonne d’eau de 10 000 millimètres avant de laisser passer l’eau, soit 10 m d’eau. La MVTR s’exprime en gr /m2 / 24 h : c’est-à-dire la quantité de vapeur d’eau évacuée par une surface d’un mètre cube de tissu en une journée.


Fait intéressant, une coquille de 16 000mm d’imperméabilité est considéré comme très imperméable si on se fie aux normes de l’armée Américaine.


Nous vous invitons à poser un maximum de questions aux vendeurs dans les magasins à savoir si votre manteau est suffisamment imperméable et respirant pour les activités que vous voulez faire.




Au final


La coquille est l'une des couche que vous porterez le plus souvent. Elle vous protégera contre le vent, la neige, la pluie, mais elle n’est pas conçue pour vous tenir au chaud. En montée, cela n’est pas un problème puisque votre corps se réchauffe par l’action de vos muscles. En revanche, votre coquille ne doit pas garder la transpiration afin que celle-ci ne vous refroidisse pas une fois arrêté. Il est donc essentiel de choisir une coquille performante, ajustée selon la bonne coupe pour le sport que vous voulez pratiquer. Une fois le tout choisi, il ne vous restera plus qu’à choisir votre prochaine aventure … dans le confort.



Pierre-Luc | SBCQ